Texte de Yannick de Henau et ses élèves

 

« A la Fondation A nous avons vu des portraits qui m'ont inspirés pour mes dessins.

J'ai appris beaucoup de choses, j'ai envie de refaire ce travail en photographiant les tags dans la rue »

Fatoumata 



 

« La photographie argentique, c'est comme en sérigraphie, le noir ne cuit pas et le blanc cuit ! » 
Geoffroy

 

« C'est amusant, grâce à la série de photos, on peut inventer une histoire »
 Fodie

 

Nous sommes allés à la Fondation A, pour voir les photographies de Walker Evans. C'est un photographe américain, né en 1903. Il s'est fait connaître en photographiant les paysans du sud des États-Unis pendant la grande dépression.

Le titre de l'exposition s'appelait ''Anonymous'', ce qui veut dire anonyme en anglais. Walker Evans photographiait les usagers du métro New Yorkais en cachant son appareil dans son manteau. Ou des personnes qui marchaient dans les rues de Detroit un samedi après-midi.

Nous nous sommes inspiré de ses images pour notre travail.

Comme lui, nous avons utilisé des appareils photos argentiques, un Nikon et un Rolleiflex, un drôle d'appareil avec 2 objectifs. On doit charger les appareils avec une bobine de film noir et blanc, qui s'appelle la pellicule. Il n'y a que 12 ou 36 photos sur un film, en plus il faut être patient car on ne peut pas voir les images directement !

Avec Mr de Henau, nous avions fabriqué en classe un ''appareil photo'' en carton, la ''camera obscura'' pour comprendre le fonctionnement de l'appareil photo et de l’œil. 


Nous sommes allés place Flagey pour photographier des anonymes. Nous devions expliquer notre projet aux gens et leur demander leur accord. 
C'est difficile de s'exprimer devant des inconnus, mais on s'est lancé et finalement plus de 60 personnes ont accepté de se faire photographier. Cela nous a donné confiance.

Nous demandions aux personnes de se déplacer le long d'une ligne tracée à la craie, pour les photographier en mouvement. 
Avec le Rolleiflex, nous nous sommes placé devant un abribus, avec le Nikon, nous avons choisi le bâtiment Flagey comme fond.

Après Anja a porté les bobines de film dans un laboratoire pour les faire développer et les imprimer sur du papier. 
Nous avons vu les négatifs, les blancs et les noirs sont inversés. C'est un peu comme en sérigraphie, avec le typon.

Le travail a continué en classe, Anja a scanné les photos papiers et nous avons utilisé l'ordinateur pour les recadrer. Ce que faisait aussi Walker Evans, dans son laboratoire, sans ordinateur !

Au préalable, nous avions fabriqué en carton toutes sortes de cadres, carrés rectangulaire de dimensions différentes pour regarder les photos au travers. Quand on recadre une photo, elle change complètement, c'est un travail intéressant. Ensuite nous avons choisi 2 séries. En les mettant l'une derrière l'autre, c'est un peu comme si on raconte une histoire. 

En conclusion, nous avons appris beaucoup de choses très intéressantes et on s'est bien amusé. 
Merci Anja et la Fondation A ! 

 

 

Ecole professionelle Edmond Peters, Ixelles

Classe: ORAA1
 Sérigraphie

Professeur: Yannick de Henau 

Supervision artistique: Anja Hess


Dans le cadre de
Walker Evans